Projet Prévention VIH/SIDA en Afrique Centrale (PPSAC)

La propagation du VIH – SIDA et les méfaits de la stigmatisation et de la discrimination envers les PPVVIH sont réduits

Durée du Projet : 1 an

1er Juillet 2011 au 30 Juin 2012

Résumé

Pour la mise en œuvre du plan stratégique couvrant la période 2009 – 2012 du Projet de Prévention VIH – SIDA en Afrique Centrale (PPSAC), la couverture de certaines activités communes à caractère régional nécessitait le renforcement de l’action des associations de Marketing Social (AMS) par des Partenaires Régionaux dont les actions pourraient couvrir l’ensemble des six pays de la Communauté Economique et Monétaire pour l’Afrique Centrale (CEMAC). C’est au titre du résultat 2 portant sur << les connaissances, attitudes et pratiques en prévention des IST VIH – SIDA et en Planification Familiale sont améliorées >> que le concours du Partenaire Régional Care end Health Program (CHP) est sollicité pour l’accompagnement des AMS dans la réalisation des << Activités Communes Synergiques Transfrontalières (ACSTF) >>.

Ces activités ont consistées en

  • La tenue des  réunions en vue à la finalisation du plan d’action 2012
  • La revue documentaire en vue de l’élaboration des termes de référence des activités communes synergiques transfrontalières et des outils de collecte des données ACSTF,
  • La réalisation de l’analyse situationnelle  des pays de la CEMAC objet du Projet

C’est dans cette perspective qu’une convention entre l’OCEAC et CHP a été établie pour le renforcement des AMS dans la mise en œuvre des activités communes synergiques transfrontalières et l’encadrement des filles libres couvrant les six pays de la phase 2 du PPSAC.

Résultats phares obtenus

• Une analyse situationnelle a été conduite au niveau de nœuds suivants: - Nguéli – Kousseri, Bongor – Yagoua, Léré – Figuil, Baibokoum – Mbaïboum, Kye- Ossi – Ebbebeyin, Garoua–Boulaï – Beleko, Yokadouma – Ouesso – Nola, Betou – Mogoumba, à l’issue de la présente étude entièrement financée sur les fonds de PPSAC, des informations sur des données socio démographiques des populations vivant au niveau des nœuds frontaliers, des informations en rapport avec l’offre et la demande des services dans les sites de ces nœuds, ainsi que celles sur des zones peu accessibles pouvant faire l’objet de couverture grâce à l’action concertée des AMS ont été répertoriées en vue de la mise en place des activités de prévention et de prise en charge des IST et du VIH, - Pour ce qui concerne la cartographie sur la mobilité et les facteurs de vulnérabilité au niveau des nœuds frontaliers, l’analyse situationnelle a révélé que les gares routières, les parcs des camions sont des endroits où stationnent les véhicules de transport de personnes et de marchandises en direction des pays voisins. On y rencontre toute sorte de catégorie de personnes, voyageurs, commerçants, chauffeurs, apprentis, jeunes filles, et garçons désœuvrés, filles libres qui vont d’un site à l’autre du nœud. Les facteurs de risques et de vulnérabilité des migrants et des personnes avec lesquelles ils sont en interaction sont déterminés par des raisons socio – économiques et culturelles.

• L’analyse situationnelle n’a pas été faite au niveau des nœuds des deux anciens pays que sont la RCA et le Tchad pour des raisons d’insécurité dans leur frontière. Cependant elle a permis de relever dans certains nœuds de ces pays avec d’autres tels que Cameroun – Tchad, Cameroun – RCA, des activités économiques, commerciales, agropastorales, minières, forestières, etc

• Bien qu’un atelier d’harmonisation des algorithmes de prise en charge des IST et de dépistage du VIH, n’ait pas eu lieu, il a été convenu lors d’une réunion au PPSAC, que chaque pays devait utiliser son algorithme. L’analyse situationnelle a montré par ailleurs que chaque pays avait un algorithme de prise en charge syndromique des IST.

• Toujours lors de l’analyse situationnelle, il a été constaté que les pays possèdent des outils et supports de dépistage du VIH, d’algorithme de PEC/IST, mais pas de communication pour les ACSTF.

De Juillet à Décembre 2012

Du 23 au 25 octobre 2012. 25 participants prévus à l’atelier 20 étaient présents dont 5 du Tchad au lieu de 10 et 15 du Cameroun. Le sous-effectif des …

D'Avril à Juin 2013

Par l’Organisation de Coordination de la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC) et organisé avec le concours …

OCTOBRE 2014

Les activités communes synergiques transfrontalières (ACSTF) de lutte contre les IST/VIH/SIDA sont destinées aux cibles mobiles et aux populations des zones…

activités communes synergiques transfrontalières (ACSTF)

Lancement officiel de la campagne

La tenue de la cérémonie de lancement de la campagne ACSTF à Figuil au Cameroun a eu lieu le 31 octobre 2014. Sensibilisation de masse pendant les deux jours de la grande campagne à travers l’animation des artistes musiciens de renoms notamment Atango, Isnébo, Aicha Nkandé etc. Allocution de circonstance des autorités administratives des deux pays suivis d’une visite stand. L’on notera particulièrement l’intégration des activités …

Copyright©  CHP